5 questions à Bacari Ali Selia

5 questions à Bacari Ali Selia

Abou_PORTRAIT Bacari Ali Selia est le directeur de la Radio Dounia Web, depuis sa création en 2005. Il revient sur les difficultés de s’imposer en tant que média comorien et aussi sur les changements en cours sur l’antenne de Radio Dounia Web, avec la mise en ligne du site 2.0 de la radio.

Nous sommes partis à sa rencontre : 5 questions à Bacari Ali Selia

1/Es-tu satisfait du bilan de la radio depuis sa cŕeation ?

Non. Personnellement, non. Car j'estime que nous étions les premiers à être sur le web. Le développement a été dur. Cela est dû aux mentalités et aussi à la non-connaissance du milieu que nous visons. Mais une seule chose me satisfait, c’est que 8 ans après, la radio est toujours là, avec les nombreuses difficultés qu’on a connues et sans aucune aide ni subvention.

2/ 2013 nouveau site, nouveaux programmes quels sont vos ambitions ?

Oui. Le nouveau site a été mis en ligne au mois d’Avril. Cependant les nouveaux programmes sont en cours d’élaboration. La rentrée prochaine sera un vrai test, d'une part envers notre partenaire aux Comores BRTV et de l’autre pour atteindre notre objectif. Les ambitions sont toujours les mêmes, augmenter l'auditoire, faire plaisir et se faire plaisir en faisant découvrir la musique et la culture de l’Océan Indien. En restant toujours proche de notre communauté.

3/ Rencontrez vous des difficultes en tant que média comorien ?

Comme tous les médias comoriens, le problème qu’on rencontre principalement, c'est le financement. Le financement, c’est ce qui permet de développer la radio. Pour d’autres médias et dans d'autres communautés, l'autofinancement ne peut se faire que de 2 façons : L'aide villageoise (ou subventions de l’Etat) ou par abonnement. Nous ne sommes malheureusement dans aucun de ces deux cas car nous cherchons avant tout notre indépendance. Ce qui nous amène à compter principalement sur les fonds liés à la publicité et la promotion, notamment lors d’événements, de soirées organisées par nos différents soutiens et partenaires. Et la c'est une autre histoire. Cependant je suis convaincu de notre utilité pour notre communauté à travers le monde, car il faut rappeler qu’on nous suit aussi à l’étranger, notamment beaucoup d’étudiants au Maroc, en Egypte, au Sénégal par exemple.

Dounia Web

4/ Quels sont les objectifs que vous vous fixez ?

C’est de durer dans le temps et de continuer à servir notre public et notre communauté. Ce qu'il faut savoir dans notre communauté, c’est que les projets comoriens ne vivent pas plus de 5 à 6 ans. Dounia Web c'est bientôt 8 ans d’existence. Malgré les nombreuses difficultés et le rude apprentissage du métier de média culturel et d’information. Notre but : Faire découvrir des talents cachés ou parler de choses qui bousculent un peu les moeurs. Toujours dans un souci de faire avancer les choses et pas pour tomber dans la critique facile, qui ne pose aucune question. C’est portant. Il nous manque encore beaucoup de choses, mais le groupe nouvellement constitué est très solidaire. Donc on va essayer de s'améliorer encore et encore. Rester dans la durée.

5/ Mot de la fin ?

Et bien il pourrait y avoir plusieurs mots de fin. Mais je vais en donner 2. Chaque génération son combat (c'est pour ceux qui ont plus de 30 ans) et l'avenir vous appartient ( pour la nouvelle génération). Bonne écoute sur La radio Dounia Web.

Itw réalisé par A.M.